Groseillier, gadellier et cassissier

(Ribes sp)

Catégorie :

Description

(Ribes sp)

 

Indémodables, le groseiller et le gadellier, aujourd’hui rejoints par leur cousin le cassissier, représentent une valeur sûre du jardin de petits fruits. Les trois arbustes demandant une culture semblable, on ne mentionnera que le groseillier dans le présent texte.

 

Emplacement et type de sol

Le groseillier peut se contenter d’un large éventail de sols, mais poussera mieux dans un sol de type terreau argileux, riche, frais et humide. Un bon drainage est important. Le groseillier tolère un ombrage partiel, mais donne un meilleur rendement au plein soleil. Prévoir une bonne aération pour prévenir maladies et champignons. Une bonne dose de compost au printemps permet une bonne production fruitière.

 

***Le groseillier et ses cousins sont des hôtes de la rouille vésiculeuse du pin blanc, une maladie qui décime les populations de ce magnifique pin indigène. Par conséquent, il convient de ne pas cultiver de groseillier, de gadellier ou de cassissier si des pins blancs se trouvent à proximité (moins de 300 m).***

 

Plantation

Il est préférable de planter le pied au printemps. On les plante à un intervalle de 1 m à 1,5 m environ. L’espace entre les rangs peut être de 2 m à 3,5 m selon qu’on circule à pieds ou en machine entre les rangs. Enterrer légèrement plus profondément qu’en pépinière. Idéalement, on retire toutes les fleurs lors de l’année de plantation, afin de maximiser l’enracinement et l’implantation du groseillier. Il faut s’assurer que le plant ne manque jamais d’eau.

 

Taille

Il s’agit d’une opération délicate, nécessaire pour obtenir une bonne production fruitière. Elle est différente selon qu’elle s’effectue sur le cassissier ou sur le groseillier et gadellier.

 

Pour le cassissier, les meilleurs fruits sont produits sur le bois de l’année. Il est donc souhaitable de conserver le bois d’un an, bien robuste, ainsi que le bois de deux ou trois ans portant plusieurs tiges fortes d’un an. Au total, on garde 10 à 12 pousses, dont la moitié sont des tiges d’un an.

 

Le gadellier et le groseillier à maquereau produisent leurs meilleurs fruits sur le bois de 2 ou trois ans. On doit donc conserver un tiers des branches d’un an, un tiers des branches de deux ans et un tiers des branches de trois pour un total de 12 à 15 branches. Les branches plus vieilles ou trop frêles doivent être supprimées.

 

Référence : Dale, A. , Gadelles et Groseilles à Maquereau, Département de phytotechnie, Université de Guelph, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario, juillet 2002.