Bleuet en corymbe

(Vaccinium corymbosum)

Catégorie :

Description

(Vaccinium corymbosum)

 

Apercevoir un bleuetier en corymbe[1] chargé de fruits, c’est vouloir un bleuetier! En effet, sa production fruitière a de quoi surprendre, tant elle est abondante et de grande qualité. Ses gros fruits, lorsqu’ils sont bien mûrs, sont un régal pour la bouche autant que pour les yeux.

 

Emplacement et préparation du sol

Il vaut mieux placer le bleuetier au plein soleil. Il est impératif que le plant soit protégé du vent, car il est gélif lorsque la température descend sous 25 degrés Celsius. Un endroit protégé ou l’accumulation de neige serait importante est idéal.

Le bleuetier a besoin d’un sol acide, d’un pH qui oscille entre 4,2 et 5. On peut abaisser le pH du sol en utilisant du soufre. Idéalement, on mélange le soufre dans les 20 premiers centimètres de sol, l’année avant la plantation, afin que le soufre ait eu le temps de s’oxyder et ainsi abaisser le pH du sol de manière significative.

Le bleuetier a besoin d’un sol humide riche en matière organique. Le drainage est capital, car cet arbuste ne tolère absolument pas l’eau stagnante. Une bonne quantité de mousse de tourbe peut aider à abaisser le pH et donnera au sol une dose significative de matière organique du même coup. Pour garder les racines au frais, on peut utiliser de la paille, du compost ou encore du vieux bran de scie. Si on utilise du bran de scie, on doit prendre garde qu’il ne provienne de bois traité.

Il est préférable de planter le bleuetier au printemps, dès que le sol est meuble. On peut planter le plant 3 à 5 cm plus profondément qu’il ne l’était en pépinière. On arrose abondamment et on étend du paillis.

 

Entretien

Les racines du bleuet sont superficielles et fragiles au dessèchement, il faut donc veiller à ce que la terre soit humide en tout temps. Pour ce qui a trait à la fertilisation, on doit utiliser un engrais dont l’azote est fourni par du sulfate d’ammonium ou de l’urée. Effectuer la fertilisation au printemps et ne pas fertiliser après la fin juillet, afin de permettre un bon aoûtement des rameaux. Si les feuilles jaunissent sur les plants, il est probable qu’ils souffrent de chlorose. Vérifier le pH et effectuer les corrections qui s’imposent. À la fin de l’hiver ou au début du printemps, il est bon d’éliminer le bois mort ou endommagé. Éliminer également les tiges qui ont plus de cinq ans. On doit planter deux variétés de bleuetier pour obtenir une bonne production fruitière.

 

[1] Kevin Schooley, Des bleuets pour le jardin privé, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario, 1994, Ontario. http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/facts/95-014.htm